Pourquoi les enfants adorent se faire peur ?

Vous passez vos soirées en faction devant le placard ou sous le lit de votre petit dernier pour débusquer les méchants monstres et les vilains pythons ? Le simple fait de penser à son déguisement de zombie-plein-de-sang pour Halloween le met en transe ? Il voue un culte à Harry Potter et adore jouer à cache-cache dans le noir ? C’est clair, les enfants aiment se faire peur, souvent bien plus que nous… Mais d’où vient cette étrange histoire d’amour ?

La peur est essentielle pour grandir

Le rôle des créatures imaginaires

Nos enfants n’ont pas toujours d'explication à leurs angoisses. Alors, ils reportent leurs craintes sur un objet extérieur, suffisamment distant pour rester inoffensif. Le loup pourrait les manger tout crus, la sorcière pourrait les enlever sur son balai… Ces créatures monstrueuses leur permettent de canaliser la peur, de l'extérioriser, de la partager avec leurs copains et leurs parents sans parler de leur intimité.  C’est pour cela que les contes de fées et les albums illustrés jouent un rôle essentiel : 

  • Ils permettent aux kids de s’identifier au personnage persécuté et de transférer sur  son histoire leurs propres angoisses.
  • Ils sont porteurs d’une morale rassurante et sécurisante. Malgré les obstacles, les catastrophes et les méchants qui se dressent sur son passage, “tout est bien qui finit bien”. 

Le noir et l’obscurité

Dans le noir, tout est flou, inquiétant, irréel ! L’absence de lumière favorise l’imaginaire, puisque la réalité ne peut plus être perçue par le regard. Il n’y a pas si longtemps, ma fille m’a avoué sa trouille de descendre l’escalier la nuit pour aller chercher un verre d’eau (ou nous faire un dernier bisou). Pourtant, elle n’allume jamais la lumière ! Elle dévale les marches, à l’affût, puis remonte à la vitesse de l’éclair se terrer dans son lit. Avec un mélange de frousse, d’excitation et de fierté car elle a dépassé ses peurs et accompli sa mission 😉

Le calendrier des peurs

La peur chez les tout-petits

Entre 3 et 6 ans, les enfants sont soumis à plein de changements. Ils doivent faire face à de nouvelles exigences : le début de la vie scolaire est synonyme de séparation, de confrontation à la collectivité et à l’autorité. De quoi déclencher tout un tas de sentiments contradictoires chez ces petits êtres en construction ! La peur est un bon exutoire pour évacuer toutes ces émotions. À condition d’être accompagné et sécurisé pour prendre davantage confiance en soi et en son environnement et devenir de plus en plus autonome.

Avoir peur à l’âge de raison

En grandissant, enfants et préados voient leur apparence se transformer de manière incontrôlable. À défaut de dompter ce corps en pleine mutation, ils se réfugient dans un monde peuplé de zombies, loups-garous et autres mutants. Pas étonnant qu’ils éprouvent une soudaine attirance pour Voldemort, les X-Men ou les tortues ninja ! 

Les ados et la peur

Parce qu’ils commencent à mieux apprivoiser leur émotions, nos grands prennent encore plus de plaisir à jouer avec la peur. Ils aiment en ressentir les signes physiques :

  • la décharge d’adrénaline ;
  • la gorge sèche ;
  • le souffle court ;
  • les mains moites ;
  • le cœur à 200 à l’heure ;

Et quand la frousse est passée, c’est tellement cool de se sentir vivant et en sécurité ! En plus, le plaisir est décuplé quand on vit ces sensations fortes entre copains. Flipper ensemble devant un film d’horreur ou dans un manège à sensations crée un tas de souvenirs communs et ce sentiment de cohésion que les ados recherchent particulièrement. 

Jouer pour apprivoiser ses peurs

Le super pouvoir des mondes imaginaires

Le jeu est un super moyen pour apprivoiser ses craintes, surtout en inventant des mondes imaginaires, où on sait bien que tout est “pour de faux”. Si votre petit bouchon répète tous les jours le même scénario, cela ne veut pas dire qu’il manque d’imagination ! Rejouer encore et encore une scène identique lui permet de mieux contrôler une situation angoissante et de surmonter sa peur. 

Se déguiser pour dompter sa frousse

Se déguiser permet aux enfants d’entrer dans la peau des personnages qui leur fichent les pétoches. Ils peuvent ainsi les apprivoiser et même inverser les rôles, en faisant peur à leur tour. D’ailleurs, c’est exactement ce qui se produit pour Halloween : nos mignons chérubins peuvent enfin passer du côté obscur de la force… 

Pourquoi les enfants adorent Halloween 

Pas étonnant que nos mini monstres deviennent hystériques à l’approche d’Halloween. Cette grande fête de la peur contient tous les ingrédients qui font mouche :

  • des bonbecs ;
  • une veillée ;
  • des déguisements ;
  • des faux monstres, du faux sang, des fausses dents, des faux couteaux, des fausses araignées…

De quoi se payer de bons petits frissons sans pour autant avoir le trouillomètre à zéro. Et quand les adultes sont de la partie, Halloween se transforme en jeu de rôles grandeur nature, encore mieux ! Cette échappée hors du monde réel est d’autant plus sécurisante qu’elle ne dure qu’un temps. C’est grisant de savoir que les zombies, clowns tueurs, et vampires disparaissent pour de bon quand la fête est finie 😊.

Envie de vous faire peur (mais pas trop) avec vos diablotins ? On vous a concocté une chouette sélection d’activités pour fêter Halloween en famille. Jetez un œil sur le blog !

Au fait, n’oubliez pas de vous abonner à la newsletter ! Vous recevrez chaque semaine les vibrations positives made in tiDudi directement dans votre boîte mail... et plein de surprises et d’idées pour occuper les enfants à la maison ou dans la nature 😉.

À propos de l'auteure

Sabine

Hello, je suis Sabine, rédactrice web dans la team tiDudi... J’aime bien jouer avec les mots et aussi jouer tout court, et vivre plein d’aventures au grand air avec ma petite tribu. Je suis ravie de partager avec vous les coups de cœur nature et les idées ludiques de l’univers tiDudi ! À très vite sur le blog 😊

Laissez-moi un p'tit mot !

(si vous ne voyez pas la zone de commentaire, rechargez votre page 😊)

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>