Les ingrédients pour organiser un bon Escape Game à la maison

Les ingrédients pour organiser un bon Escape Game à la maison

Vous souhaitez créer votre propre Escape Game à la maison ?

Vous avez une petite idée du scénario mais ne savez pas vraiment pas où commencer ?

Quelle pièce choisir, comment délimiter l’espace, quelle déco, quelle histoire, combien d’énigmes, difficiles ou faciles ?

Avec les quelques conseils qui suivent, vous devriez y voir un peu plus clair.

Le lieu

Une zone de jeu à la bonne taille

Choisissez une zone de jeu dont la taille est adaptée au nombre de joueurs.

À dix dans une petite pièce, on se marche dessus pendant la fouille. Mais à six dans la maison entière, on s’éparpille et il y a beaucoup moins d’interaction entre les joueurs.

À vous donc de bien doser l’espace nécessaire. À six ou moins, on peut jouer dans le salon. Au-delà, on peut étendre la zone de jeu à 1 ou 2 pièces supplémentaires.

Un espace bien délimité

Vous jouez chez vous mais vous ne souhaitez peut-être pas pour autant voir vos invités retourner votre chambre à la recherche d’indices.

Trouvez un système ingénieux pour identifier les zones interdites d’accès, ou les tiroirs qu’il ne faut pas ouvrir.

Selon votre scénarios, certaines zones peuvent être identifiées comme contaminées, ensorcelées, piégées, radioactives, envahies de zombies…

Vous pouvez aussi indiquer dans le prégame (l’introduction au jeu) que certaines zones sont interdites et identifiées comme telles : “N’entrez pas dans les quartiers du Capitaine !“, “Ne rompez jamais les scellés !” ou “Ne dépassez pas les cercles bleus si vous tenez à la vie“…

Pour des raisons de sécurité, surtout si vous jouez avec des enfants, délimitez bien le périmètre. Interdisez l’accès à tout ce qui pourrait être dangereux (les couteaux de cuisine, les outils divers…) et, si vous jouez à l’extérieur, matérialisez et montrez les frontières à ne pas franchir.

Déco et ambiance

En jouant à la maison, il y a peu de chance que vous disposiez d’un décor digne d’un studio de cinéma comme on peut en voir dans une escape room.

Avec un peu d’imagination, vous pouvez favoriser une bonne immersion dans l’histoire, simplement et à peu de frais.

Le plus simple est évidemment de choisir un scénario qui se déroule dans une maison ou un appartement moderne, dans ce cas, vous avez tout ce qu’il faut sous la main.

Mais rien ne vous empêche d’imaginer un scénario plus créatif.

Pour créer l’ambiance, disposez dans la pièce quelques objets en lien avec votre thème, imprimez des images, ajoutez des végétaux, des textiles, jouez sur l’éclairage, faites tourner une playlist

Par exemple :
– Une aventure dans la forêt ou la jungle : jouez en extérieur ou empruntez les plantes vertes des voisins et concentrez toute votre végétation dans la pièce de jeu, diffusez des sons d’oiseaux, d’insectes, de vent dans les feuillages, on trouve plein de bandes-son de ce type sur Youtube.

– Une scène sanglante : baissez l’éclairage, tachez de vieux t-shirts ou morceaux de tissus avec du ketchup, laissez traîner au sol des journaux ou feuilles de papier avec des tâches rouges ou des empruntes “ensanglantées”…

– Une maison hantée : allumez des bougies, lancez une musique digne de Phantom Manor à Disneyland ou des sons de plancher qui craque et de porte qui grince…

Vous voyez, il suffit de peu pour se plonger dans une ambiance.

 

L’histoire

Un scénario captivant

La déco et la mécanique peuvent être soignées, si le scénario qu’elles servent n’est pas à la hauteur, tout ce qu’on retiendra, c’est que votre histoire était nulle (Ô monde cruel !)

Donc mettez le paquet sur votre histoire !

Créez un contexte fort, avec des détails intriguants, un enjeu vital et une issue dramatique si la mission échoue.

“Dieu est dans les détails”, alors enrichissez votre scénario de détails sur l’affaire, le lieu, les personnages… Mais dosez-les bien, le but n’est pas de distraire vos joueurs de leur mission mais de lui donner de l’épaisseur.

Soignez l’intro

Imaginons que l’on s’inspire du scénario de “Urgence absolue” de Christian Jacq pour créer un escape game, l’introduction ressemblerait à :

“La Machine règne sur le monde. Créée par les humains eux-mêmes, elle les contrôle dans tous les domaines. 
Qui la dirige ? Personne. 
Elle s’autoalimente, réduisant, au nom du progrès, tous les espaces de liberté. 
Spirale infernale de l’intelligence artificielle. 
Seule une poignée d’alchimistes, héritiers de la sagesse des anciens d’Égypte, ont osé l’affronter. 
La Machine les a éliminés les uns après les autres. 
Tous, sauf un : John Patmos, le gardien d’un temple perdu dans une oasis égyptienne qui, sous la menace, a pris la fuite. 
Unique soldat d’une armée réduite à lui-même, Patmos est le seul, avec ses pouvoirs de chaman, à pouvoir terrasser la Machine. 
Vous et votre équipe de journalistes n’avez qu’une heure pour retrouver celui qui représente le dernier espoir de l’humanité.

On a quand même beaucoup plus envie de jouer qu’avec un bête : “Vous avez une heure pour retrouver John Patmos et détruire la Machine.

On est tout de suite plongé dans l’ambiance, on imagine des énigmes en lien avec l’alchimie, l’Égypte ancienne et l’intelligence artificielle, on est chaud-bouillant dès l’intro !

Donnez des émotions

Faire rire, faire peur, émerveiller, écœurer… Selon votre histoire, vous aurez toute une palette d’émotions à faire ressentir, jouez-en !

Cela peut paraît un détail mais le genre de détail dont on se souvient.

Encore une fois, soignez les détails !


je m'inscris à la newsletter et je télécharge mon EXTRAIT DE


Escape Game dans la Forêt Enchantée - Épisode 1 - La prison magique d'Izilberthe - tiDudi

L'escape game dans la forêt enchantéE

Je vous propose de recevoir un court extrait du kit de l'épisode 1 de l'Escape Game dans la Forêt Enchantée ; il contient la lettre de mission, une énigme et... une petite blague 😉

Moi non plus, je n'aime pas les spams : votre adresse mail ne sera jamais cédée ni revendue. En vous inscrivant ici, vous recevrez des articles, freebies, vidéos, podcasts, offres commerciales, et autres contenus ludiques ou créatifs. Vous pouvez consulter mes mentions légales complètes en bas de page. Et, bien sûr, vous pouvezvous désabonner à tout instant.

 

La mécanique

Soyez cohérent

Une erreur fréquente est de vouloir commencer la création de son escape game par les énigmes.

On a eu l’idée trop cool de faire les joueurs envoyer un mail à une adresse décryptée pour récupérer le code suivant. Oui, mais l’histoire se déroule au Moyen-Âge… Je caricature beaucoup mais vous voyez l’idée.

Partez toujours de votre histoire et les types d’énigmes possibles vont en découler naturellement.

Une question d’équilibre

Quand on commence à écrire sa mécanique, on peut avoir beaucoup de fulgurances, de “oh, ça serait dément” et de “mouhaha, ils vont en baver pour trouver“. Mais il faut savoir se contenir.

Dans un Escape Game, tout est question d’équilibre.

Équilibre en nombre : prévoyez suffisamment d’énigmes pour que tous les joueurs soient occupés et que personne ne s’ennuie. Mais ne submergez pas l’équipe avec un trop grand nombre de mystères à résoudre. Une heure est vite passée.

Équilibre de difficulté : proposez différents niveaux de difficulté. Des énigmes simples qui boostent l’énergie et la confiance en soi. Des énigmes plus difficiles pour créer un vrai sentiment de challenge et de fierté quand on a réussi.

De la variété

Un Escape Game avec toutes les énigmes sur le même schéma, bonjour l’ennui !

Et puis, tous les joueurs ne sont pas forcément à l’aise sur le même type de raisonnement : ceux qui ont un grand sens de l’observation, ceux qui repèrent tout de suite la mécanique d’un code, ceux qui ont besoin de manipuler des objets, ceux qui ont la déduction comme 6e sens…

Bref, prévoyez des mécaniques diverses et variées pour que tout le monde ait l’occasion de briller avec SON énigme. Ne jamais négliger le “HaHa-effect“.

Ne soyez pas trop linéaire

Une mécanique qui consiste à résoudre l’énigme A qui mène à l’énigme B pour conduire à l’énigme C et ainsi de suite jusqu’à l’énigme finale, c’est un peu barbant.

Raisonnez plutôt par “méta énigmes” et “sous-énigmes“.

Par exemple : les énigme A et B ont permis de trouver la solution à C, D et E ont conduit à la résolution de F, alors F et C combinés vont aider à résoudre l’énigme finale.

Ce n’est pas pour rien qu’on compare souvent les Escape Games à des puzzles, les énigmes doivent se combiner entre elles pour faire aboutir la mission.

Surprenez vos joueurs

Proposez-leur des énigmes originales et des cachettes inattendues.

Vous pouvez même ajouter des énigmes ou des documents accessoires qui ne font pas avancer la mission mais qui ont pour seul but de faire sourire vos joueurs.

Cela peut-être utile pour faire retomber la pression dans le cadre d’un scénario stressant, ou simplement pour renforcer l’immersion dans l’histoire.

Faites avec ce que vous avez sous la main

N’allez pas investir dans un coffre-fort ou une collection de cadenas qui ne vous resserviront pas. De toute façon, un Escape Game basé sur des cadenas, c’est trop facile (de l’Escape Game vintage ;p).

Avec le matériel de votre logement, un ordinateur et une imprimante, vous pouvez tout à fait créer une aventure digne des meilleurs Live Escape Game (le décor de cinéma en moins).

Innovez ! Un bon Escape Game contient toujours une bonne dose de système D.

Ne laissez rien au hasard

Toutes les connaissances nécessaires pour faire avancer la mission doivent être dans la pièce de jeu.

Ne misez pas sur les résidus de connaissances du théorème de Pythagore de vos invités. Toute ressource nécessaire à la résolution d’une énigme doit être dans la pièce. Ne comptez que sur l’esprit logique et le sens de l’observation de vos joueurs pour réussir, pas sur leur mémoire.

Et enfin, prévoyez une listes d’indices supplémentaires pour aider les joueurs en difficulté. Il n’y a rien de plus frustrant que de rester bloqué sur une énigme en voyant le chrono défiler.

 

Voilà, j’espère que cet article vous aura été utile dans la conception de votre Escape Game à domicile.

Je serai heureuse d’avoir vos retours d’expérience sur la création d’Escape Games.

Et si vous n’avez pas le courage ou l’envie d’écrire votre propre scénario, je vous donne rendez-vous tout au long de cette année 2018 pour découvrir mes scénarios rejouables pour enfants, ados et adultes 🙂

 


Vous avez aimé cet article ?
VOTEZ POUR LUI !

Vous pouvez soutenir mon travail sur tiDudi en attribuant 5 étoiles à cet article.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
(5 votes, moyenne : 4,20/ 5)
Loading...

Ou vous pouvez aussi l’épingler sur Pinterest :

 

6 Commentaires
  1. L’idee est geniale, merci

    1. Merci beaucoup, Hélène 😀

  2. Votre article m’a bien aidé. Je prépare un escape game pour l’anniversaire de ma fille sur le thème de Harry Potter et j’ai grâce à vous, une ligne de conduite. Mais une question reste toujours en suspend : ai-je fais suffisamment d’énigmes ou trop peu pour tenir 1 heure ?
    Je n’arrive pas à déterminer ; soit ils vont être dégoûtés de ne pas avoir réussi dans les temps, soit le jeu va être terminé en 30 min et sans l’adrénaline et le stress des dernières minutes, cela va être un flop… Merci d’avance si vous pouvez me conseiller…

    1. Bonjour Karine,
      Un escape game Harry Potter, est forcément une bonne idée 🙂
      Quel âge ont les participants à votre escape game ?

  3. Bonjour!
    Quel super article pour la novice que Je suis! 🙂
    Je compte organiser un escape game pour l anniversaire de mon fils.
    Votre article me donne semaine idée de la façon de s’y prendre, mais quelques questions subsistent.
    Comme dans le precedent commentaire, je me demande combien d énigme dois je mettre en place?
    Pouvons nous éventuellement préparer la possibilité d un “faux dénouement” et garder quelques enigmes sous le coude à ajouter dans le cas où les enfants finiraient trop vite ?

    Autre question, je lis partout qu’il est preferable de faire des équipes de 3 a 5, et dans le cas de plus de joueurs, les diviser en deux groupes.
    Est il possible de faire jouer 8 ou 9 enfant de manière totalement coopérative, sans les diviser ?

    Je précise que mon escape est destiné à un groupe de 8/9 enfants tous âges de 8 ans.
    Avec des niveaux scolaires variés (lecture, culture…).

    Merci d avance de prendre le temps de nous lire et nous répondre !

    1. Bonjour Angel,

      Pour des enfants, vous pouvez prévoir une dizaine d’énigmes si elles sont un peu difficiles, une quinzaine si elles sont faciles, mais surtout prévoyez des manipulations car les enfants ont besoin de bouger et triturer des choses 🙂

      Je ne suis pas fan de l’idée du faux dénouement car vous risqueriez de proposer des énigmes sans lien avec le fil de votre histoire, mais tout dépend de votre histoire, et si un rebondissement de dernière minute s’intègre bien à votre scénario, pourquoi pas 🙂

      Jusqu’à 10 enfants, un seul groupe est tout à fait gérable et durant l’aventure, il n’est pas rare de voir des “sous-groupes” se former pour se répartir le travail.

      Il est aussi possible de mettre deux petits groupes en compétition – même si je préfère l’idée de la collaboration plutôt que de la compétition 🙂 – cela signifie qu’il faut faire l’installation en double, dans deux zones de jeu.

      Les niveaux différents ne sont pas un souci car chacun trouve une mission en fonction de ses capacités, c’est pour cela qu’il est important de varier les types d’énigmes et d’épreuves, pour que chaque enfant ait son “C’est moi qui ai trouvé !” 🙂

      Je vous souhaite un bel escape game !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.