J’ai créé un Escape Game pour 3800 enfants ! Et je vous raconte tout de ce projet un peu fou…

J’ai créé un Escape Game pour 3800 enfants ! Et je vous raconte tout de ce projet un peu fou…

Si vous me suivez depuis un petit moment, je vous ai déjà enquiquiné(e) avec ce projet, car il m’a occupée une bonne partie du premier semestre : j’ai créé un escape game pour 3800 enfants !

Après des mois de travail, d’excitation et de flipette aussi, j’ai enfin passé l’épreuve du feu des Jeux Départementaux de l’UGSEL (Union Générale Sportive de l’Enseignement Libre) d’Ille et Vilaine, et je vous raconte tout de ce projet un peu fou 😊

Le commencement du projet

Fin 2018, je reçois un mail d’Agnès me demandant si je pourrais créer un escape game « pour un très grand groupe d’enfants ».

Comme d’habitude, piquée par la curiosité et titillée par l’idée de commencer un nouveau projet, je lui dis « pourquoi pas » et on se rencontre quelques jours plus tard.

Pendant notre rendez-vous autour d’un café, Agnès m’explique le principe des Jeux Départementaux, elle me présente le projet des prochains jeux, et précise que le grand groupe en question, ce sont les classes de CP, CE1 et CE2 de 56 écoles du département, soit 3800 enfants !

Est-ce que j’ai paniqué tout de suite ? Même pas. En réalité, sur le moment, je n’ai pas vraiment réalisé à quel point ce grand groupe était un GRAND groupe. Ce n’est qu’un peu plus tard, sur le chemin du retour, que j’ai vraiment percuté : TROIS-MILLE-HUIT-CENT ENFANTS ! Dans quoi tu te lances, Gwen ?

Mais de toute façon, c’était trop tard, j’avais mordu à l’hameçon ^^

Dès l’instant où Agnès m’a indiqué que le thème des Jeux 2019 serait « Les 5 sens » et qu’elle aimerait un escape game pour le thème de la Vue, les idées ont immédiatement commencé à fuser. C’était sûr, j’allais lui proposer un projet d’escape game et croiser les doigts pour qu’il lui plaise.

Quelques semaines plus tard, je présentais à Agnès mon projet de « L’Illusionarium du Professeur Trompe L’Oeil », un escape game un peu steampunk basé sur des illusions d’optiques.

Projet validé ! L’aventure pouvait commencer…

Contraintes d’un escape game géant pour des enfants de 6 à 9 ans

Pour ce projet, je partais avec quatre contraintes majeures :

  • La taille des groupes.
  • L’installation en plein air.
  • Le timing très serré.
  • Des ressources limitées.

Un très grand groupe d’enfants

3800 enfants répartis sur 2 jours d’événement et 5 espaces (1 espace par sens).

Ce qui signifie qu’à chaque instant de la journée, il y avait sur chaque espace-sens environ 36 groupes d’une dizaine d’enfants, accompagnés d’un ou deux adultes. Soit approximativement 430  personnes jouant simultanément le même escape game !

Le challenge allait donc être d’obtenir une expérience de jeu fluide malgré la foule.

Un événement en plein air

Les jeux se déroulant dans un grand parc, la grande inconnue serait forcément la météo, il fallait donc envisager l’hypothèse de devoir jouer sous des conditions climatiques extrêmes (spoiler alerte : 🌧🌪🌩).

L’espace Vue était quant à lui équipé d’équipements sportifs qui offraient quelques supports au jeu mais, avec relativement peu de mobilier urbain et pour éviter de concentrer tout le jeu sur une petite partie de l’espace, il allait falloir s’approprier la zone de jeu de la façon la plus efficace possible.

Un timing très serré

L’événement était réglé comme du papier à musique.

Une partie des enfants arrivant et repartant en train, et les groupes devant passer par chaque atelier durant la journée, le temps sur chaque espace-sens était strictement chronométré : 60 minutes, pas une de plus, brief et escape game inclus.

Des ressources limitées

Intervenant seule de A à Z sur la conception, et avec un budget serré, je n’allais pas pouvoir prévoir un matériel de folie pour créer pour mon installation : des impressions d’excellente qualité et de la petite quincaillerie devraient faire l’affaire. (Gratitude puissance 1000 d’être une enfant des années 80 qui a regardé tous les épisodes de Mac Gyver 😉 )

Le jour J, 4 bénévoles me prêteraient main forte.

Création de l’escape game

« L’Illusionarium du Professeur Trompe L’Oeil »

Le pitch

Vous venez de pénétrer dans un espace entièrement fait d’illusions. Ici, vous ne pouvez pas faire confiance à vos yeux, car rien de ce que vous voyez n’est réellement ce qu’il semble être au premier regard…

Le Professeur Trompe L’Oeil étant un petit farceur, il ne vous laissera pas quitter l’Illusionarium si vous ne connaissez pas le mot de passe ! Pour le découvrir, vous devrez résoudre les énigmes du Professeur…

La mécanique de jeu

Etant donné le nombre important d’enfants et d’adultes présents simultanément sur l’escape game (430 en moyenne), il était important de prévoir une mécanique de jeu qui limite le plus possible les goulots d’étranglement.

En effet, il aurait été très désagréable pour tous les joueurs de devoir patienter derrière plusieurs groupes pour résoudre chaque énigme.

Toujours dans un souci de fluidité, il fallait canaliser les groupes avec un scénario un peu plus linéaire que mes escape games habituels.

J’ai donc prévu 4 versions de l’aventure, chacune avec une série de 10 énigmes à résoudre. 40 énigmes pour 36 groupes, dans la configuration idéale : une énigme pour chaque groupe, à chaque groupe son énigme.

Chaque énigme résolue donne un couple de chiffres qui permet ensuite de découvrir une lettre du mot de passe. 10 énigmes, 10 lettres qui constituent le mot de passe final. Et chaque équipe doit découvrir son propre mot de passe.

Les lecteurs de cet article ont aussi lu :  Les ingrédients pour organiser un bon Escape Game à la maison

Enfin, un petit livret de jeu était remis à chaque équipe pour qu’elle puisse noter ses découvertes au fur et à mesure.

La création des énigmes

Je voulais que les enfants puissent découvrir de nombreuses sortes d’illusions et qu’ils puissent aussi manipuler quelques objets car, entre 6 et 8 ans, observer c’est bien mais bidouiller, c’est mieux 😉

Après un long travail de recherches et de nombreux tests d’illustration, j’ai fini par choisir les 10 illusions ou épreuves auxquelles les enfants devraient se frotter.

Si j’ai illustré la majorité du jeu moi-même, j’ai quelques fois eu besoin de l’aide de créateur d’illusions bien plus balèzes que moi.

Je vous en montre un aperçu  ?

Des peintures en trompe l’œil

Là, c’est du haut niveau ! Et, soyons clairs, moi, il y a 2 ans, je n’avais jamais fait d’illustration de ma vie. Alors, même si aujourd’hui j’arrive à illustrer toute seule mes jeux et escape games, je suis bien incapable de réaliser des œuvres comme celles-ci.

Alors, je suis allée demander directement à celui qui maîtrise cet art à la perfection s’il m’autorisait à imprimer quelques-unes de ses œuvres pour les montrer aux enfants durant les Jeux Départementaux.

Je craignais d’essuyer un refus car je n’avais aucune contrepartie financière à lui proposer en échange de son accord.

Et – danse de la joie lorsque j’ai reçu sa réponse – l’artiste Ukrainien Oleg Shupliak a accepté que j’utilise 8 de ses œuvres pour ces deux jours d’événement !

Et je vous garantis qu’elles ont fait leur effet 😊

Merci encore, Oleg !

Une oeuvre d'Oleg Shupliak présentée aux enfants dans le cadre de l'escape game de tiDudi pour les Jeux départementaux de l'UGSEL

Des illusions mouvantes

Deuxième difficulté, je voulais absolument intégrer au jeu ces images imprimées qui pourtant donnent l’impression de bouger. Bluffantes ! … et d’un niveau d’illustration qui dépasse mes compétences.

Cette fois, c’est Adobe Stock qui m’a sauvé la vie et j’ai pu utiliser mon abonnement Adobe pour acheter les fichiers sources des illusions mouvantes qui me faisait de l’œil et les adapter ensuite à mes besoins.

J’ai appris un peu plus tard qu’à l’origine de ces illusions, il y avait l’illustrateur Yurii Perepadia, Ukrainien lui aussi.

Ils sont forts ces Ukrainiens ! 😊

Illusion d'optique, illusion de mouvement, escape game tiDudi

Des illusions de perceptions

Lequel est le plus grand ? Est-ce que tout est parallèle ? Vous les connaissez certainement ces illusions qui embrouillent totalement nos perceptions

Ici, je proposais aux enfants de petites règles pour qu’ils puissent vérifier eux-mêmes si leur première impression était la bonne (spoiler : PAS DU TOUT. Dans 90% des cas, la première impression est mauvaise 😉 )

Illusion d'optique de perception escape game tiDudi

Des illusions de point de vue

Dans la vie, tout est question de point de vue. Ici aussi 😊

Pour réussir à lire ces indices, il fallait incliner et pivoter les pages. Une des énigmes les plus difficiles de la série mais une de celles qui ont généré le plus d’effet « Wahou » quand l’astuce a été découverte.

Illusion d'optique de type illusion de point de vue, escape game tiDudi

Des images cachées

Des images cachées derrière des grilles, des formes géométriques, des chiffres ou des lettres cachés dans une foule d’éléments graphiques… Ici, il ne fallait pas passer trop vite, si l’on ne voulait pas manquer un indice…

Illusion d'optique de type image cachée, escape game tiDudi

Des thaumatropes

Un grand classique qui fait toujours son effet : deux images contrecollées qui se superposent lorsqu’on fait tourner le thaumatrope.

Des bouteilles espionnes

Des clés cachées parmi tant d’autres petits objets et qu’il faut retrouver uniquement en regardant à travers la bouteille. Simple mais efficace et grand pourvoyeur de « Ouiiiii, j’ai trouvé une clé !! »

bouteilles espionnes escape game tiDudi

Des fouilles sensorielles

Plonger ses mains dans un tas d’objets aux textures étranges et différentes pour récupérer les indices… Les fouilles sensorielles, ou fouilles à l’aveugle, rencontrent toujours un vif succès auprès des enfants.

fouille sensorielle escape game pour enfants tiDudi

Des “Cherche et trouve”

Des chiffres bien cachées dans une illustration. Pour les trouver, il ne faut pas avoir ses yeux dans sa poche 😉

cherche et trouve escape game enfant tiDudi

Des filtres rouges

Des indices cachés derrière des gribouillis tout rouges, une petite loupe à filtre rouge pour réussir à les lire. Encore une fois, rien de compliqué mais les enfants ont adoré.

Message codé filtre rouge escape game tiDudi

 

Les Jeux Départementaux

Nous y voilà !

Mon escape game est bouclé depuis quelques semaines, je suis sereine, carrément prête.

L’imprimeur a eu du retard, je n’ai récupéré les impressions que deux jours avant les jeux, mais pas de stress, on est dans les temps. J’ai bien remarqué un détail qui m’a chiffonnée mais on n’a plus le temps de les renvoyer donc, on fera avec.

Les prévisions météo n’étaient pas fameuses les derniers jours mais, ce matin, l’appli météo de mon téléphone indique beau temps toute la journée. Je la crois, il fait grand soleil quand j’arrive sur le site à 7h20.

On y est, c’est le jour J !

J’ai deux heures pour installer le jeu sur le site ; ça va aller vite, je dois avoir 4 bénévoles pour m’aider.

Ma première bénévole, Martine, arrive 10 minutes plus tard et se met aussitôt au travail.

8h20 : une deuxième bénévole arrive et se propose d’aider Martine.

8h30 : je finis une installation, je me retourne et je ne vois plus personne sur le site.

Les lecteurs de cet article ont aussi lu :  Livre escape game : j’ai testé 4 livres-jeux

Je commence une nouvelle installation, je me dis qu’elles ne doivent pas être loin, elles vont revenir et les deux dernières bénévoles vont arriver…

Ce que je ne sais pas à ce moment-là, c’est que Martine était prévue dans l’équipe d’accueil des premiers groupes ; que ma deuxième bénévole en a profité pour s’éclipser et qu’elle ne reviendra que pour commencer le jeu ; et que les deux autres bénévoles sont des lycéennes qui ne vont arriver qu’à 9h30, en même temps que les enfants 😰

8h45 : je commence à être nerveuse, l’installation est loin d’être finie et je suis seule sur le site.

9h00 : je vois arriver les premiers cars. Toujours seule sur le site. Encore beaucoup d’éléments à fixer. Je sens le stress monter d’environ 1000 crans. Ne panique pas, Gwen, ne panique pas…

9h15 : j’entends la musique, Agnès au micro salue les groupes et leur indique qu’on va bientôt commencer. Je peux paniquer maintenant ? Je décide de ne plus suivre mon plan d’installation simultanée des 4 versions du jeu ; je me focalise sur une seule version pour qu’il y ait au moins une version jouable lorsque les enfants vont arriver.

9h30 : mes petites lycéennes arrivent et je leur confie les derniers éléments à fixer. Heureusement, les groupes prennent du retard au point de rassemblement, on grappille quelques minutes supplémentaires.

Lorsque le premier groupe de 400 joueurs arrive, mes lycéennes fixent le dernier panneau. Les 4 versions sont installées. Ma team de 4 bénévoles est au complet. On va pouvoir commencer !

 

Premier brief. Plus de 400 personnes devant moi… qui ne m’entendent pas 😬

Ceux qui me connaissent le savent, j’ai une petite voix et peu de volume sonore 🤫. Même en forçant ma voix les personnes du fond n’entendent pas mes consignes. Heureusement, Martine a plus de voix que moi et elle répète bien fort les consignes les plus importantes, avant de conclure par « Vous avez 50 minutes ! »

Quoi, 50 minutes et pas 60 ? ça va être juste mais ça devrait le faire, se dit ma petite voix intérieure.

En réalité, ce ne sont pas 50 minutes mais 40 minutes que ce groupe aura à consacrer à l’escape game, car il faut absorber le retard du démarrage. C’est très juste, de nombreux groupes ne parviennent pas à finir ☹.

On enchaîne sur le deuxième groupe, on est rôdé, la machine est lancée, il fait beau, ça va être une belle journée

 

C’est maintenant l’heure du déjeuner, tous les groupes partent pique-niquer. Après être allée faire un bisou à ma Poupette qui participe aux jeux avec son école, je décide de revenir manger mon sandwich sur le site de l’escape game pour faire un tour des installations.

En quelques minutes, le vent se lève et il se met à pleuvoir des cordes !!

Je passe 45 minutes à arpenter le site de long en large sous la pluie pour remettre en place les éléments qui ne sont pas fixés (une partie des éléments destinés à être manipulés) et qui s’envolent ou roulent au sol sous l’effet des bourrasques.

Et sous la pluie, je constate que le détail que j’avais remarqué sur les impressions avait bien eu raison de me chiffonner…

J’avais demandé à l’imprimeur de plastifier tous les éléments imprimés afin qu’ils résistent aux manipulations par les enfants et aux éventuelles intempéries (et aussi dans le but de pouvoir réutiliser le jeu). Or, il se trouve que l’imprimeur a massicoté les planches après la plastification ! Ainsi toutes les illusions étaient plastifiées recto et verso mais PAS SUR LA TRANCHE !!

Alors que l’averse se poursuivait, plusieurs illusions ont commencé à se dédoubler sous l’effet de l’eau qui s’infiltrait entre les couches plastifiées 😱

Le soleil revient enfin, les installations sont toujours ok malgré quelques planches abîmées par l’eau mais qui, heureusement, restent parfaitement lisibles. On va pouvoir reprendre.

Puisqu’il a fallu attendre que la pluie et le vent cessent, on accuse un nouveau retard, le groupe aura à nouveau à peine 40 minutes pour faire le jeu ☹

Pendant cette troisième session, un adulte accompagnateur vient me voir et me dit « Je ne comprends pas, il n’y a pas d’indices à trouver dans les bacs de fouille… »

Les bacs de fouilles sensorielles étaient placés sur 4 buttes qui vallonnaient l’espace de jeu. Surprise par le mauvais temps, je ne suis pas montée sur les buttes pendant la pause pour vérifier le contenu des bacs. Lorsque j’arrive, les bacs des 4 équipes sont quasiment vides, les indices et les « surprises » (des petites bêtes ajoutées pour créer quelques sensations supplémentaires) ont disparus, une bonne partie du matériel restant a été cassée… Je ne m’attendais vraiment pas à ce type de comportement puisque les groupes d’enfants étaient encadrés par des adultes. J’avais bien prévu du matériel de rechange mais, vu l’ampleur des dégâts, je n’en avais pas assez pour renouveler tous les bacs. Les enfants de ce groupe et des suivants ne pourront pas faire la fouille ☹

On enchaîne avec le quatrième groupe et le cinquième et dernier groupe.

Première journée terminée, je décide de démonter entièrement l’installation car Météo France prévoit une tempête le lendemain et beaucoup de pluie pendant la nuit. Je rentre avec une bonne dose d’appréhension quant aux conditions météo de la deuxième journée…

Les lecteurs de cet article ont aussi lu :  Un escape game pour des enfants de 3 à 5 ans, est-ce possible ?

Soulagement, Agnès m’appelle dans la soirée pour m’avertir qu’on déménage l’événement dans une salle pour la deuxième journée.

Vue la météo apocalyptique, certaines écoles ont annulé le déplacement, nous aurons donc moins de groupes, mais aussi moins de place, il faut réorganiser les ateliers. L’escape game se déroulera sur la deuxième moitié de l’après-midi mais nous aurons toute la salle pour nous.

Beaucoup plus sereine que la veille au soir, j’installe l’escape game dans la salle pendant que les autres intervenants animent leurs ateliers.

Notre tour arrive. Je brieffe les équipes – avec un micro, s’il vous plaît, ça change tout 😉 – et le jeu peut commencer. Tout est fluide (et sec ^^), enfants et adultes se prennent vraiment au jeu, et je peux interagir facilement avec eux. Tout se déroule sans accroc et la majorité des groupes parvient à finir le jeu ; nos recordkids terminent en 36 minutes.

Cet après-midi-là a suffi à effacer toute la frustration de la veille 😊💙

 

Bilan de l’expérience

Je ne le dis pas souvent mais là j’ai le droit : je suis fière de moi 😊

Ce n’était pas parfait mais je suis fière d’avoir réussi à mener ce projet jusqu’au bout, en gérant seule la conception et la réalisation, et en n’ayant aucune expérience d’un événement de cette ampleur.

J’ai eu beaucoup de doutes pendant la création du jeu (coucou mon syndrome de l’imposteur !) mais j’ai été rassurée par les retours positifs des joueurs, et le fait que certaines enseignantes aient demandé si j’intervenais aussi dans les écoles 😊

C’était une expérience très riche qui m’a beaucoup appris. D’abord sur l’organisation d’un événement de cette taille, un domaine qui m’était totalement étranger jusque-là. Et aussi sur moi-même et ma capacité à réussir des projets ludiques et créatifs plus ambitieux que mes kits habituels.

 

Points positifs

  • J’ai adoré tout le processus créatif autour de ce projet. C’était la première fois que je créais un jeu « sur commande » et le challenge est passionnant.
  • J’ai adoré être au contact des enfants pendants qu’ils jouaient. J’ai adoré voir les étincelles dans leurs yeux au moment où ils trouvaient la solution à une énigme.
  • J’ai adoré voir évoluer autant de joueurs en même temps, c’était très riche d’enseignements pour améliorer mes jeux et j’ai maintenant 1000 nouvelles idées 😊

 

Points négatifs

  • La météo ? J’avais prévu qu’il pourrait pleuvoir un peu mais j’ai été trop optimiste en n’imaginant pas un tel déluge suivi d’une tempête au mois de juin. Note pour plus tard : prévoir des plans B, C et D, neige en été, tornade et tempête de boulettes.
  • J’avais prévu de tout filmer et prendre un tas de photos, mais prise dans le flow de l’installation et du jeu (et des quelques « improvisations climatiques »), je n’en ai rien fait. Pour mon prochain événement, j’embarque un(e) assistant(e) !
  • J’ai été déçue par le comportement de certains adultes sensés encadrer les enfants mais qui les ont laissé voler ou détériorer du matériel, quand ils n’arrachaient pas eux-mêmes les énigmes des supports. Des choses ont été volées sur mon jeu mais aussi sur d’autres ateliers, ce qui a pénalisé les enfants des groupes suivants.
    D’autres adultes n’étaient pas du tout intéressés par le jeu et avaient donc décidé de ne fournir aucun effort pour aider les enfants. C’est dommage car cet événement était conçu pour faire vivre une expérience inhabituelle aux enfants et certains n’ont pas pu en profiter totalement.
  • Je n’avais pas suffisamment anticipé le fait que le matériel pouvait disparaître ou être endommagé pendant le jeu, la quantité d’éléments de rechange que j’avais prévue n’était donc pas suffisante. Je le saurai pour la prochaine fois, je prévoirai tout en quintuple exemplaires 😊
  • J’aurai dû être plus vigilante envers l’imprimeur, 10 jours de retard sur la livraison et une plastification non-hermétique. Si je veux réutiliser ce jeu pour d’autres événements, je devrai le faire réimprimer, tout ou partie.

 

Conclusion

Malgré les aléas et petits couacs, j’ai adoré cette expérience !

Créer un jeu sur commande, voir autant de joueurs évoluer dans l’aventure que j’ai imaginée, pouvoir échanger « à chaud » avec eux…  Je recommencerais sans hésiter !

J’espère que l’Illusionarium du Professeur Trompe L’œil continuera à vivre et évoluer grâce à d’autres événements… ou chez vous, car je vais l’adapter dans une version à jouer à la maison 😊

N’hésitez pas à me contacter pour la création d’escape games sur mesure ou à consulter la boutique pour découvrir mes kits d’escape game prêts à l’emploi.

Prêts à entrer dans l’Illusionarium ? 😉

 


Vous avez aimé cet article ?
VOTEZ POUR LUI !

Vous pouvez soutenir mon travail sur tiDudi en attribuant 5 étoiles à cet article.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
(6 votes, moyenne : 4,83/ 5)
Loading...
Ou vous pouvez aussi l’épingler sur Pinterest :
J'ai créé un escape game pour 3800 enfants ! tiDudi
4 Commentaires
  1. Quelle aventure! 🙂 J’ai beaucoup la lire!
    En tant qu’enseignante, je peux imaginer l’ampleur de l’événement et les difficultés rencontrées. Finalement, le bilan est très positif! Bravo pour avoir osé et pour toutes les réussites! 🙂

    1. Merci beaucoup, Flore ! Oui, l’expérience a été intense mais aussi très riche, c’était chouette 😀

  2. Hello Gwen,
    Wow, quelle travail, super projet. Les enfants ont du adoré!!
    Tu deviens une vraie pro des escape games!
    La pression est redescendue (elle est presque montée chez nous aussi) 😉 ?

    1. Haha, oui, elle est redescendue dès la 2e journée ^^
      Mais la pression a du bon parfois, ce n’est pas toi qui me diras le contraire 😉
      En tout cas, je suis prête à recommencer 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.